De la châtellenie au petit village agricole / Un véritable réseau de voies de communication

De la châtellenie au petit village agricole

Torotense : c’est sous cette forme latine qu’apparaît au Xème siècle, pour la première fois, le nom de Thourotte. Rattachée au domaine royal de Philippe-Auguste en 1184, Thourotte forme une considérable châtellenie, dont dépendent plus de 100 fiefs comme Montmacq, Saint-Léger ou Le Plessis-Brion. Les châtelains, qui se sont choisis le nom de Torote, sont enterrés dans l’abbaye d’Ourscamp, une des plus importantes du nord de la France.

Excentrée sur le bord de l’Oise, surprenante par son imposant clocher-porche en pierre du pays, l’église du XIIème siècle est le seul patrimoine que nous ait légué le Moyen-Age. Il faut imaginer qu’à proximité du bâtiment religieux, au lieu-dit La Motte de la Barre, une forteresse défendait le passage de l’Oise, jusqu’à sa destruction, estimée à 1733. A cette époque, la seigneurie de Thourotte cesse d’être une juridiction importante, à la faveur de Compiègne, et redevient un village agricole.

Un véritable réseau de voies de communication

Au début du XVIIIème siècle, Thourotte compte approximativement 200 habitants. En 1836, ils sont 324. Avec la réalisation du canal (en 1828) et du chemin de fer (en 1849), Thourotte est désormais desservie par un véritable réseau de voies de communication.